5.1 - Passer des Objectifs à Long Terme aux Objectifs Opérationnels





















Memo – Objectifs opérationnels

- A formuler quand ? Une fois les OLT définis et les facteurs d’influence identifiés pour mettre en évidence les leviers d’actions, et avant les actions qui découleront de ces objectifs.

- Par qui ? Principalement l’équipe gestionnaire et le conseil scientifique, mais aussi potentiellement les acteurs locaux intéressés et/ou concernés par la déclinaison de ces objectifs en actions.

- Échelle temporelle : courte, de la durée du plan de gestion ou plan d’actions défini par le statut de l’ENP. Cette durée peut varier en fonction du temps de réponse aux mesures mises en place : les OPG peuvent donc être reconduits d’un plan de gestion à un autre si cela est jugé nécessaire pour atteindre les objectifs à long terme






















































































Mémo – Test « SMART » 

- Spécifique : Il doit être Spécifique à l’ENP et ne pas dépendre d'éléments dont le gestionnaire n'a pas la maîtrise.
  L’objectif est-il bien précis et bien ciblé (pas trop général) ? Est-il bien opérationnel ? 

- Mesurable : Il doit être Mesurable, les indicateurs chiffrés devant être incontestables et reconnus.
  Pourra-t-on évaluer s’il est at-teint au moyen d’indicateurs quantitatifs ou semi-quantitatifs ?

- Accepté : Il doit être acceptable par les usagers de l’ENP et Accepté.
  Quelles sont ses chances d’être accepté par les usagers ? 

- Réaliste et réalisable : Il doit être Réalisable et ne reposer que sur la motivation de l’équipe gestionnaire et ses partenaires ou être réajusté si le contexte change.
  Est-il réalisable avec les moyens humains, techniques et financiers du gestionnaire ?
  A-t-on des chances de l’at-teindre dans la durée prévue du PG ? N’est-il pas trop hasardeux ? 

- Temporellement défini : Il doit être inscrit dans le Temps, avec une date de fin et éventuellement des points intermédiaires.
  Une échéance est-elle fixée ?

 


Point de vigilance

– Adaptation aux évènements à caractère exceptionnel (tempêtes, inondations, pollutions accidentelles, incendies...)

Face aux évènements à caractère exceptionnel, il est nécessaire de revoir les objectifs opérationnels afin d’adapter la gestion en découlant au nouveau contexte au sein duquel s’inscrit le site.
En fonction de l’ampleur de l’évènement, il est possible qu’il soit requis de réviser également les OLT, afin de les mettre en phase avec les nouveaux enjeux du site.
N.B. : A noter toutefois que pour certains types d’ENP (en particulier les RN), les modifications de plan de gestion sont réglementées et qu’il peut donc être difficile d’’adapter les OLT en dehors du processus de

mise à jour: 15/07/2015

 

Objectif : faire des choix opérationnels pour la durée du plan de gestion au vu des facteurs d'influence ayant une action sur la progression vers les OLT

 

Qu’est-ce qu’un Objectif Opérationnel et pourquoi les définir ?

Un objectif opérationnel a pour but de corriger ou utiliser les facteurs d'influence pour arriver à un résultat visible à court terme, au moment des évaluations annuelles, ou à moyen terme en fin de durée de validité du plan de gestion.

Les objectifs opérationnels constituent les étapes à atteindre sur la durée du plan (plus exceptionnellement de plusieurs plans) pour se rapprocher des attendus des OLT.

Ils peuvent également concerner le développement de connaissance, de gouvernance spécifique, etc.

Comment formuler les objectifs opérationnels (passer des OLT aux OO) ?

Les objectifs opérationnels doivent être décrits un à un, clairement qualifiés et si possible quantifiés.

Leur formulation se distingue de celles des objectifs à long terme par leur aspect opérationnel et précis.

La première étape consiste à reprendre les objectifs à long terme un à un et à identifier pour chacun d’entre eux quels seraient les facteurs influençants pouvant contraindre leur atteinte ou au contraire les favoriser. Il convient de distinguer facteurs d’influence et pressions/menaces dont ils sont responsables.

Voir tableau FICHE « facteurs d’influences »

ENJEU ÉTAPE 1
Facteur d'influence
ÉTAPE 2
Objectif opérationnel
ÉTAPE 3 Résultat attendu OPÉRATION

Prairie xérophile

Dynamique naturelle (boisement)

Limiter la progression des ligneux

Maximum de 10 % de ligneux en piquetage

Débroussaillage

Oiseaux rares en reproduction (situation insulaire)

Présence de rats (prédation des oeufs)

Eradiquer la population de rats

Absence de prédation des oeufs

Piégeage des rats

Coralligène

Activité de plongée sous-marine (dégradation par ancrage)

Limiter la présence de bateaux de plongée dans la zone de coralligène

Absence d’ancrage des bateaux dans la zone sensible

Mise en place d’une zone de mouillage organisé.

 

La seconde étape est l’expression de mesures correctives

Pour atteindre ses objectifs à long terme le gestionnaire doit chercher à mettre en place une gestion active pour la durée du plan de gestion, visant l’éradication ou la baisse d’intensité des facteurs influençant de manière négative l’état des enjeux du site. Les objectifs opérationnels doivent donc être rédigés de sorte à résoudre les problèmes, trouver des solutions pour réduire les menaces qui pèsent sur les enjeux du site.

La plupart du temps le gestionnaire pourra agir sur les facteurs d’influence ayant une origine anthropique, avec plus ou moins de facilité selon le type d’ENP. Par compte il n’aura pas toujours la possibilité d’agir sur les facteurs environnementaux. La phase opérationnelle du plan de gestion doit donc veiller à s’attacher aux éléments pour lesquels le gestionnaire a une certaine emprise, au risque de ne pouvoir atteindre les objectifs. Dans le cas de facteurs d’influence à grande échelle (changements climatiques, pollutions, espèces invasives, …), le gestionnaire devra se tourner vers d’autres acteurs / leviers extérieurs.

  • En priorité, on s’attachera à agir sur les facteurs de dégradation physique et de dérangement, ceux sur lesquels le gestionnaire peut agir rapidement. Les objectifs liés à ce type de facteurs d’influence seront rédigés avec des verbes du type : Eviter, Limiter, Réduire, Minimiser, Interdire …
  • Dans le cas de facteurs liés à une activité professionnelle comme la pêche, les pratiques agricoles, les clubs de plongée, etc. le gestionnaire peut avoir des objectifs liés à la concertation, le partenariat. On trouvera, pour ce groupe de facteurs, des objectifs rédigés avec des verbes comme : Engager, Initier, Soutenir, Organiser, Encadrer, Sensibiliser …
  • Pour les facteurs non maîtrisables à l’échelle de l’ENP, comme la pollution ou les facteurs climatiques, le gestionnaire ne pourra pas, la plupart du temps, définir des objectifs du type « Réduire la pollution », car dépendant de l’ensemble du bassin versant par exemple. Au mieux, le gestionnaire assurera une veille écologique et récoltera tout un ensemble de données (de sources extérieures) pour tenter de comprendre les éventuelles évolutions de l’état de conservation du patrimoine naturel. On trouvera, pour ce groupe de facteurs, des objectifs rédigés avec des verbes comme : Participer à, Synthétiser, Assurer une veille …

 

ENJEU ÉTAPE 1
Facteur d'influence
ÉTAPE 2
Objectif opérationnel
ÉTAPE 3 Résultat attendu OPÉRATION

Prairie xérophile

Dynamique naturelle (boisement)

Limiter la progression des ligneux

Maximum de 10 % de ligneux en piquetage

Débroussaillage

Oiseaux rares en reproduction (situation insulaire)

Présence de rats (prédation des oeufs)

Eradiquer la population de rats

Absence de prédation des oeufs

Piégeage des rats

Coralligène

Activité de plongée sous-marine (dégradation par ancrage)

Limiter la présence de bateaux de plongée dans la zone de coralligène

Absence d’ancrage des bateaux dans la zone sensible

Mise en place d’une zone de mouillage organisé.

 

La troisième étape consiste à préparer l’évaluation de l’objectif opérationnel. Elle consiste à formuler des résultats attendus (niveau de pression acceptable, surface à restaurer, …),
 

ENJEU ÉTAPE 1
Facteur d'influence
ÉTAPE 2
Objectif opérationnel
ÉTAPE 3 Résultat attendu OPÉRATION

Prairie xérophile

Dynamique naturelle (boisement)

Limiter la progression des ligneux

Maximum de 10 % de ligneux en piquetage

Débroussaillage

Oiseaux rares en reproduction (situation insulaire)

Présence de rats (prédation des oeufs)

Eradiquer la population de rats

Absence de prédation des oeufs

Piégeage des rats

Coralligène

Activité de plongée sous-marine (dégradation par ancrage)

Limiter la présence de bateaux de plongée dans la zone de coralligène

Absence d’ancrage des bateaux dans la zone sensible

Mise en place d’une zone de mouillage organisé.


Tester l’objectif

La définition des OO intègre des questions de faisabilité technique (y compris les coûts), d’acceptabilité par les acteurs en présence et les leviers d’action mobilisables suivant le type d’ENP. SMART est un moyen mnémotechnique pour se souvenir des caractéristiques que devraient avoir idéalement un objectif opérationnel (voir encadré)
 

Comment évaluer les objectifs opérationnels ?

Etape 1 : Evaluer l’efficacité des actions

  • Leur mise en œuvre a-t-elle permis d’atteindre le résultat attendu par l’objectif opérationnel ?
  • Comparer le résultat attendu tel qu’il a été rédigé dans le plan de gestion avec le résultat obtenu au moment de l’évaluation. Evaluer alors le niveau d’atteinte de l’objectif opérationnel : total, partiel,…

Pour un objectif opérationnel visant la limitation de la progression des ligneux, le résultat attendu visait un maximum de 10% de ligneux en piquetage. Si en fin de plan de gestion il reste 50 % de ligneux, l’objectif n’aura été atteint qu’en partie.


Etape 2 : Expliquer le résultat obtenu avec le niveau de réalisation des actions rattachées à chaque OO

  • Comparer le niveau d’atteinte des objectifs au regard du degré de réalisation des actions (voir fiche 5.2) afin d’identifier les leviers d’action et éventuellement définir de nouveaux choix ou de nouvelles priorités d’action.

Pour un objectif opérationnel visant la limitation de la progression des ligneux, le résultat attendu n’a été atteint qu’en partie car le chantier de débroussaillage programmé n’a pu être mise en œuvre pour cause de météo défavorable.

Quel pas de temps de l’évaluation des OO ?

Il dépend de la dynamique des milieux en présence, et de la durée d’application du plan de gestion (peut ainsi varier entre 5 à 15 ans). Toutefois, il peut être intéressant de réaliser une évaluation/bilan annuel pour diverses raisons :

  • tenir informé l’organe de gouvernance (conseil de gestion, COPIL) des actions réalisées et des premiers résultats.
  • informer les financeurs.
  • faire état de difficultés dans la réalisation des opérations (faisabilité technique, frein politiques…)

Dans tous les cas il est nécessaire de prendre en compte le temps de réponse des milieux (parfois long) avant de juger de l’efficacité ou non d’une opération.

 

Socle minimal – Objectifs opérationnels

  • Confronter les facteurs d’influence aux objectifs à long terme et identifier les éventuelles pressions sur les enjeux
  • Formuler les objectifs opérationnels avec des résultats attendus
  • Evaluation portant sur :
    • L’efficacité des mesures degestion
    • le niveau global de réalisation des actions


 Tableau synthétique de l’arborescence OLT/ facteurs influençant la gestion/OO pour les enjeux de conservation, et de connaissance.

  Description des OO et de ce en quoi ils contribuent à l’atteinte des OLT.

Le cas échéant, cartographie des OO localisables.

 

Bibliographie

CdL, 2009. Plan de gestion des sites du Conservatoire du Littoral, révision du document de référence de 2003.

Guide méthodologique, CG Seine St Denis.

Plan de gestion Landes de Cojoux, CG Ille-et-Vilaine.

Réserves Naturelles de France, CHIFFAUT A., 2006. Guide méthodologique des plans de gestion de réserves naturelles. MEED/ATEN, Cahiers Techniques n°79 : 72 p.

Tempesta M., Otero M. 2013. Guide pour l’évaluation rapide de la gestion des AMP méditerranéennes. WWF Italie, UICN. 68 pages.

EDEN 62, 2013. Proposition d’une méthode d’évaluation de plan de gestion d’espace naturel.

Boulard L., 2012. Evaluation 2001-2011 de la gestion de la Réserve Naturelle Nationale des Mannevilles.

MedPan, 2007. Guide méthodologique pour l’élaboration d’un plan d’autoprotection en cas de pollution par hydrocarbures d’un littoral protégé.
 

 

Table des matières