2.4 - Comment décrire la place de l’homme dans l’ENP ?

mise à jour: 20/12/2017

SOCLE COMMUN

Cette partie permet de décrire l’ensemble des composantes humaines qui sont déterminantes pour la gestion du site et notamment pour identifier les leviers et pressions sur lesquels agir afin d’améliorer l’état de conservation des habitats, des espèces et des fonctionnalités écologiques.

Elle s’articule autour de trois axes :

  • la description des usages et des activités dans et autour de l’ENP ;
  • la vocation de l’ENP à accueillir le public ;
  • l’appropriation de l’ENP dans son territoire.

Comment décrire les usages et les activités dans l’ENP ?

Les ENP ne sont pas des sites isolés, déconnectés du monde qui les entoure. Selon le type d’ENP ou le type d’écosystème, la place de l’homme y est plus ou moins importante.
L’objet de l’état des lieux des usages et des activités est d’appréhender le contexte dans lequel se trouve et évolue l’espace naturel protégé. Il convient de ne pas se limiter strictement au périmètre de l’espace protégé, les usages sur les espaces alentours pouvant également influencer le patrimoine en protection.

Rassembler les données sur les faits historiques et usages ayant marqué le site

L’ENP peut avoir été le lieu d’activités qui laissent encore aujourd’hui des traces dans l’ENP (ancienne gravière, anciens vergers de châtaigniers, fosses de tourbage…).
Dans la mesure du possible, il s’agira de recenser les informations sur ces activités.

Rassembler les informations sur les infrastructures sur le site et à proximité

La localisation des infrastructures ainsi que les accès au site, voire à proximité (autoroute bordant le site, digue, ligne à haute tension, sentiers de GR et du PDIPR…) sont à répertorier, voire cartographier si nécessaire.
L’inventaire et la localisation des infrastructures sont également très utiles pour envisager la possibilité d’entreprendre des travaux lourds de restauration nécessitant le passage d’engins.

Carte des infrastructures (sentiers, pistes de ski, parking)

Rassembler les données sur les activités et les pratiques actuelles sur le site

Les informations sur les usages actuels sur le site ou à proximité (zone d’influence) sont à rechercher auprès des acteurs du territoire.
Le gestionnaire pourra s’inspirer du tableau ci-dessous qui catégorise les usages par grand domaine.

Tableau  - Aperçu de types d’activités et de pratiques potentielles sur un site (Source : RNF, 2017)



Domaine d’activité

Usages

Activité économique Exploitation des ressources : agriculture, sylviculture, apiculture, pêche professionnelle, saliculture, aquaculture (conchyliculture, pisciculture, algoculture)
Extraction de granulat de matériaux, exploitation ancienne de la tourbe, orpaillage, pompages de la ressource en eau
Tourisme : camping à proximité de l’ENP, bivouac autorisé, plaisance, activités balnéaires
Activités portuaires : trafic maritime
Production d’énergie : éoliennes, hydroliennes, hydrocarbures, panneaux solaires
Activités industrielles : lignes électriques, pipelines, orpaillage, pharmacopée…
Aménagement du territoire Aménagements hydrauliques : Drainage
Expansion de l’urbanisation
Axes de communication : fréquentation routière…
Activités sportives et de loisir Sport de pleine nature : sports nautiques (canoé, plongée sous-marine, Kite-surf), randonnée pédestre ou équestre, canyoning, escalade, ski, VTT, char à voile,
Loisirs : prélèvements autorisés (cueillette, chasse, pêche de loisir …), promenade, modélisme (drônes)
Activités scientifiques Station de recherche
Activités de défense Activités militaires
Activités sanitaires et de prévention Prévention des risques : défense incendies/ inondations/ avalanches
Prévention sanitaire : démoustication
Activités culturelles et artistiques Land Art, Atelier de dessin, contes, théâtre en plein air, exposition, concerts, nuit des étoiles…, muséographie

 

Où chercher, à qui s’adresser ?
Données sur les statistiques agricoles (Recensement Général Agricole – RGA) : site AGRESTE, RPG ; les pratiques, usages locaux : DDTM, ADASEA, Chambre d'Agriculture, exploitants ou leurs syndicats.
Données sur la gestion forestière : DDT, ONF, CRPF, syndicats des propriétaires forestiers sylviculteurs…
Données sur la gestion de l'eau : Gest’eau
Données sur les activités cynégétiques (chasse, piégeage, gestion des milieux naturels etc.) : Orientations régionales pour la faune sauvage et l’amélioration de la qualité de ses habitats (ORGFH) ; Structures ressources : FDC, FRC, ONCFS…
Données sur les activités de pêche (professionnelle maritime : Système d’Informations Halieutiques (SIH) de l’Ifremer, prud’homies en Méditerranée +, de loisirs : AAPPMA, Fédérations de pêche…)
Données sur le tourisme : Comités départementaux du Tourisme, Offices de tourisme…
Données sur le cadastre : géoportail

 

fleche_big.pngZoom pratique - Informations à rechercher par type d'activités (Source : Annexe 23, Guide méthodologique - Elaboration DocOb, CT n°82, Aten)

Caractériser (qualifier et quantifier) les usages

Il est important de rechercher, dans la mesure du possible, une caractérisation des activités humaines : qualitative, mais également quantitative et spatiale.

Il s’agira de caractériser les usages dans leurs dimensions administratives et organisationnelles, spatiales, et d’apporter des éléments pour évaluer l’intensité des pratiques (e.g. nombre de navires, nombres d’exploitants, fréquentation nautique, effort de pêche…).

Il est également indispensable dans les ENP concernés par des finalités de développement durable – et utile dans les autres cas – de rassembler des informations sur des données économiques : nombres d’entreprises concernées, caractéristiques, chiffre d’affaire, etc.

Réaliser un tableau regroupant les informations sur les usages et leurs caractéristiques :

Tableau des usages et activités :

  • acteurs en jeu et organisation ;
  • cadre réglementaire des usages ;
  • territoire de pratique (échelle locale, régionale…) ;
  • qualification et quantification des usages ;
  • saisonnalité des pratiques ;
  • niveau d’implication dans la gestion du site ;
  • partenariats en cours ;
  • problèmes rencontrés, conflits d’usage éventuels…

Spatialiser les zones d’activités et leur zone d’influence.

Carte des usages et activités, avec superpositions éventuelles

Dans certains cas, l’occupation du sol (fleche_big.pngFiche 2.1) peut aussi être un outil pertinent pour visualiser ou expliquer un contexte socio-économique sur un territoire donné. En outre, une analyse diachronique sur une occupation du sol pourra aussi mettre en évidence l’évolution des activités sur un territoire (abandon ou changement de pratique).

Comment décrire l’accueil du public de l’ENP ?fleche-haut_red.png

Les espaces naturels protégés sont des lieux privilégiés pour l’accueil du public et la découverte du patrimoine naturel.  Les équipes en place disposent généralement de compétences pour sensibiliser et éduquer le public en faveur de la conservation de la nature à travers des activités d’éducation à l’environnement.

Lister et décrire les moyens mis à disposition

Il s’agit de dresser un bilan de l’existant en termes d’activités et d’équipements gérés par le gestionnaire de l’ENP ou tout autre acteur (CPIE, association locale …).
Les données recueillies sont utiles pour estimer le potentiel de développement de la capacité d’accueil de l’ENP (agrandissement des infrastructures, renforcement des équipes) à mettre en lien avec la capacité de charge  (voir plus loin), et évaluer les complémentarités entre ENP.

Les infrastructures et équipements d’accueil

  • Sentiers pédestres, platelage, équipements spécifiques aux personnes en situation de handicap… ;
  • points d’accueil saisonniers, bâtiments d’accueil, maison de la réserve, maison de la nature ;
  • mobilier de signalétique : panneaux d’informations à l'entrée du site, poteaux de bornage du site ;
  • aménités extérieures : panneaux routiers, cartographie des différents points d'accès à l'ENP, parkings, capacité de stationnement ;
  • etc.

Carte des infrastructures d’accueil du public
Annexe : bilan des équipements (type, date d’achat, état, date de renouvellement prévisible…)

Les moyens humains dédiés à l’accueil du public

Les ENP peuvent s’appuyer sur des moyens humains propres ou extérieurs à l’équipe gestionnaire :

  • Equivalents temps plein (ETP) dédiés au sein de l’équipe ;
  • mises à diposition ;
  • stagiaires ;
  • bénévolat ;
  • services civiques.

Les partenaires associés

Ce sont les collaborations avec l’Education nationale (programmes pédagogiques avec des écoles), avec les collectivités locales (mise à disposition de cars scolaires), ou d’autres acteurs.…

Les outils pédagogiques

Il s’agit des moyens mis en place pour la mission d’éducation et de sensibilisation à la nature dont il faudra évaluer l’état (stocks disponibles, vieillissement des outils…) :

  • panneaux de sensibilisation, bornes interactives ;
  • observatoires de faune, mares pédagogiques ;
  • sentiers d’interprétation, sentiers sous-marins ;
  • site internet ;
  • espace muséographique ;
  • matériel pédagogique : malles pédagogiques, jeux, films, brochures thématiques, plaquettes, livres ;
  • petit matériel pour animations : filets à papillons, jumelles, binoculaires, boîtes à loupe…

Tableau synthétique si les équipements, publications et outils d’accueil du public sont nombreux
Carte des équipements pédagogiques

Annexe : bilan des équipements (type, date d’achat, état, date de renouvellement prévisible …)

fleche_big.pngZoom pratique - Définir la capacité d’accueil d’un ENP / à venir

Lorsque la vocation d’accueil du site figure parmi les priorités d’orientations de gestion pour un ENP, certains gestionnaires réalisent un document distinct du plan de gestion, soit un Schéma d’accueil du public (e.g. Département 35, EDEN 62, CEN…). Celui-ci est ainsi plus étoffé et détaillé sur les aspects d’aménagements, de communication spécifique etc., et apporte une vue d'ensemble en prenant en compte la globalité des aménités d'accueil;  cette mise à part permet d’alléger le plan de gestion. Il peut également faire appel à une démarche concertée menée à l’échelle d’un territoire.

fleche_big.pngZoom pratique - Mettre en place un schéma d’accueil du public / à venir

Points de vigilance – Accueil du public

  • Penser à prendre en compte les aspects de mise en sécurité sur l’ENP pour les secteurs ouverts au public (cf. par exemple le CT n°75 de l’Aten portant sur les aspects de sécurité, assurances, responsabilités, ou encore le cahier technique du CEN RA « Accueillir le public » pour un accompagnement transversal dans la démarche d’accueil du public).
  • Penser à l’accessibilité pour les personnes en situation de handicap ou personnes âgées (e.g. CT n°85 et n°62 de l’Aten, ou sur les sites littoraux, le guide du CdL). Il est fondamental de convier des représentants d’associations dans le cadre de la consultation et/ou concertation afin de les intégrer dès la phase d’élaboration du plan de gestion, et ainsi estimer la faisabilité des aménagements en les testant en phase d'expérimentation/vérification. Un tel partenariat permet d’éviter l’écueil d’une accessibilité mal pensée et mal réalisée qui serait finalement non effective.

N.B. : tous travaux susceptibles de modifier l’état ou l’aspect d’une RN sont interdits mais peuvent faire l’objet d’une autorisation spéciale du préfet si les travaux sont prévus par le décret de classement.

Décrire les potentialités et les contraintes du site

Les données recueillies sont utiles pour justifier des zonages du territoire, des quotas et des périodes préférentielles pour l’accueil du public. Elles serviront notamment à estimer la capacité de charge de l’ENP.

Les potentialités du sitefleche-haut_red.png

Les ENP présentent des éléments d’attrait et des potentialités pédagogiques propres plus ou moins exploitables, de divers types :

  • nature : espèces rares observables (Vautour fauve en vallée d’Ossau, falaise à guêpiers, dalle à fossiles …), lieux de promenade dominicale ;
  • paysage : qualités esthétiques du site, ambiances suivant les heures/saisons, sensations, émotions ;
  • histoire et culture : archéologie, lieux chargés d’histoire locale (anciennes terrasses, salines désaffectées...), lieux magiques ou sacrés (contes et légendes, tradition locale), lieux inspirateurs de peintres ou d’écrivains célèbres, références littéraires, traditions locales, œuvres d’art témoignant du site, patrimoine architectural et industriel (canaux, carrières, fours à chaux, bâtiments classés ; lavoirs…).

Lorsque toutes les potentialités ont été décrites, intervient alors l'interprétation du site.

fleche_big.pngZoom pratique - Mettre en place l’interprétation d'un site (qui exploitera ces potentialités pour en faire des vecteurs dans une approche sensible) / à venir

Bien que le site ait une spécificité propre à son milieu et à son histoire, il est judicieux également de tenir compte de l’environnement pédagogique de l’ENP car le gestionnaire n’est pas seul à agir dans ce domaine. Une complémentarité et une synergie peuvent être recherchées avec d’autres acteurs :

  • place des activités et des équipements de l’ENP dans le paysage de l’éducation à l’environnement local et régional (CPIE, PNR ou associations diverses souvent regroupés dans les réseaux régionaux GRAINE) ;
  • liens entre le gestionnaire et les partenaires, nature des collaborations actuelles, spécificité et complémentarité de l’ENP sur les sujets abordés, les publics touchés et les activités.

Les contraintes du site

Les ENP peuvent être soumis à des contraintes dont il faut tenir compte pour accueillir le public :

  • règlementation, modalités d’ouverture du site ;
  • fragilité des habitats, période de nidification ;
  • dangerosité intrinsèque du site, inondations saisonnières, périodes de chasse.

Carte de sensibilité des habitats et des espèces (matérialiser les aires vitales, les périodes critiques pour la reproduction…)

fleche_big.pngAller plus loin - Carte de répartition spatiale des pratiques de ski et des aires sensibles pour le Lagopède alpin et le Tétras-lyre dans la RNN des Hauts de Villaroger, PN Vanoise (Cahier technique n°79, Aten, p.34)

L’analyse des potentialités et des contraintes du site permet de définir la capacité de charge de l’ENP.

fleche_big.pngZoom pratique - Définir la capacité de charge d’un ENP / à venir

Décrire la fréquentation de l’ENP

Dans la mesure du possible, si des analyses d’écocompteurs, de comptages aléatoires ou d’enquête de fréquentation sont disponibles, il s’agira de quantifier et de qualifier la fréquentation de l’ENP :

  • données quantitatives :
    • Nombre de visiteurs, de véhicules sur les places de parking…,
    • Inscriptions aux activités proposées par l’ENP ;
  • qualifier la fréquentation :
    • types de publics, raisons de la visite…,
    • pics de fréquentation, saisonnalité…,
    • localisation des flux.

Carte de fréquentation
Graphiques de fréquentation

Annexe : Données d’enquête des études de fréquentation

fleche_big.pngZoom pratique - Réaliser une étude de fréquentation du public / à venirfleche-haut_red.png

Comment décrire l’appropriation de l’ENP sur son territoire ?

Une bonne appropriation de l’ENP sur son territoire est une des clés de réussite de l’ancrage territorial. Cela est d’autant plus important si le statut de l’ENP est une protection forte (règlementaire).

Elle permet de favoriser le partage et le soutien du plan de gestion par les acteurs locaux eux-mêmes, dont les habitants et leurs élus. En retour pour les acteurs locaux, l’appropriation d’un ENP dans son territoire est gage d’un développement local plus durable, respectueux du patrimoine naturel. Ces interrelations, quand elles sont connues et mieux appréhendées, sont sources d’une dynamique réciproque positive entre l’ENP et son territoire.

Rassembler les données sur l’attitude de la population vis-à-vis de l’ENP

Données sur le respect de la règlementation

La fréquence des rappels à l’ordre donne une indication sur la connaissance du statut de l’ENP et l’acceptation ou le non respect de la règlementation en vigueur :

  • nombre d’infractions ;
  • nombre de procès verbaux dressés.

Tableau : nature des infractions, auteurs, localisation des pratiques contrevenantes, procès verbaux et suites judiciaires…

Données sur l’intérêt et l’implication d’acteurs locaux

L’implication d’acteurs locaux à la gestion de l’ENP peut être mesuré à partir de données diverses :

  • nombre de bénévoles à des chantiers nature, à des actions pédagogiques ;
  • taux de participation aux instances de gouvernance (comités de gestion…) ;
  • taux de participation aux évènements organisés par l’ENP (scolaires et grand public).

Rassembler les données de perception du site par la population

La perception que le grand public et les usagers ont d’un ENP se définit à partir de plusieurs champs qui vont de l’émotionnel à l’usage qu’ils en font.
Les données de perception peuvent être obtenues à partir d’enquêtes réalisées sur le terrain, de dialogues avec les visiteurs et acteurs locaux. Ces données sont importantes pour apprécier les attitudes de la population vis-à-vis de l’ENP, de ses ressources naturelles et de la place de l’homme dans cet espace naturel.

fleche_big.pngZoom pratique - Réaliser une étude de perception / à venir

Pour les réserves naturelles, des études ont été réalisées sur cette notion d’ancrage territorial.

fleche_big.pngZoom pratique - Mesurer la situation d’ancrage territorial sur une réserve naturelle / à venir
fleche_big.pngRetour d'expérience / Etude « Appropriation et intégration des réserves naturelles d'Ile-de-France dans leur territoire » (RNF, Biotope, Actéon, 2016-2017)

Comment conclure sur les leviers et pressions liés à l’homme dans l’ENP ?

Une fois les activités identifiées, leurs logiques, interactions et effets doivent être mis en perspective avec l’évolution de l’état de conservation des habitats et espèces, ainsi que les aspects fonctionnels des milieux.

Il s’agit de mettre en perspective les usages qui ont une influence directe voire indirecte sur l’état de conservation du patrimoine naturel et des fonctionnalités écologiques du site (appuyée dans la mesure du possible sur des données de référence) :

  • Evaluer les effets positifs (opportunités) ou négatifs (menaces) des activités humaines et infrastructures, dans et à proximité de l’ENP.
  • Identifier les tendances évolutives (activité en développement, niveau de fréquentation en baisse, développement de l’urbanisation, de l’exploitation forestière...).

fleche_big.pngZoom pratique - Lien Homme-Nature : opportunité ou menace ? / à venir

fleche-haut_red.png