8.11 - Gestion concertée des Marais du Verdier en Camargue



Expérimenté par :

Fondation Tour du Valat – Association Les Marais du Verdier

Pour aller plus loin...

www.lesmaraisduverdier.fr
www.tourduvalat.org

Denis J. & Y. Henocque, 2001.
Des outils et des hommes pour une gestion intégrée des zones côtières, Vol III. Unesco 2001

Contact : Nicolas Beck, Tour du Valat, Le Sambuc,
13200 Arles
beck@tourduvalat.org

 

Fondation Tour du Valat

mise à jour: 04/05/2015


Sujets traités/De quoi s'agit-il ? Cocher les cases concernées

☐ Evaluation

☐ Protection

☐ Réglementation

☑ Gouvernance

☐ SIG

☐ Bases de données

☐ Animation

☑ Autres approches d'élaboration du PG

☑ Milieux concerné(s) : Zones humides méditerranéennes - Camargue

☐ Diagnostic

☐ Etat de conservation, hiérarchisation des enjeux

☐ Programme opérationnel

☐ Responsabilité

☐ Suivis

☑ Gestion

☑ Communication/sensibilisation

☐ Recherche

☐ Milieu marin

 

 

Contexte et historique de la démarche

Les piscicultures du Sambuc ont été acquises par la Station biologique de la Tour du Valat en avril 2003. Dès lors, cette dernière a proposé aux villageois du Sambuc un projet de développement local basé sur la concertation et la négociation. Ce projet visait à mettre en place des activités multiples sur le site tout en conservant et en développant sa valeur écologique. Les deux plans de gestion élaborés depuis sont le fruit des réflexions menées depuis avec les habitants du hameau du Sambuc avec comme ligne directrice le cahier des charges décliné par le propriétaire à savoir :

  • conserver la forte valeur écologique du site ;
  • concevoir un territoire au service de ses habitants ;
  • concilier différents usages au sein du site ;
  • donner la priorité aux projets collectifs plutôt qu’aux projets individuels.

 

Constats partagés

  • Les bénévoles participent aux suivis encadrés par des salariés de la Tour du Valat. Les données socio-économiques ont été compilés par des stagiaires et mises à dispositions des bénévoles. L’intervention de divers techniciens (ONCFS, PNRC, …) au cours des processus de concertation et d’élaboration du plan de gestion a facilité la prise en compte des enjeux de conservation et de certaines problématiques (ex :usage de munitions non toxiques pour l’avifaune, alternatives aux vermifuges, …)

Problématiques/enjeux

  • Multi-usages et sensibilisation à la gestion et la protection des zones humides méditerranéennes

Objectifs

  • Associer les bénévoles et des acteurs locaux (éleveurs, chasseurs, …) à la gestion d’une zone humide. Développer des activités consensuelles d’exploitations des ressources naturelles compatibles avec des enjeux de conservation (espèces, milieux, fonctionnement des écosystèmes)

Gouvernance

Animation

L’animation a été prise en charge par le propriétaire du site – la Fondation Tour du Valat, avec une salariée mis à temps partiel (75%) sur le projet. Cette dernière a également permis aux scientifiques et techniciens d’apporter leur contribution dans l’élaboration et la mise en œuvre des objectifs. Une partie du matériel et une contribution logistique ont également été assurés par ce dernier.

Partenaires du programme

PARTENAIRES TECHNIQUES
  • Techniciens PNR Camargue
  • ONCFS
PARTENAIRES FINANCIERS
  • Région PACA
  • Agence de l’eau
  • Département des Bouches du Rhône
  • Ville d’Arles

 

Description détaillée

Cycle de projet

Avant la rédaction du plan de gestion, le propriétaire a sollicité les participants à former des groupes de travail pour travailler sur l’élaboration d’objectifs selon le schéma appliqué à la gestion intégrée des zones côtières proposée par Denis & Henocque 2001.

Trois phases caractérisent le processus (cf. figure) :

  • Premièrement une phase préliminaire qui permet d’identifier les acteurs, le contexte, les problématiques, les atouts et les contraintes. Parallèlement, un diagnostic écologique était réalisé par la Tour du Valat, complété ensuite par un diagnostic socio-économique (sur la base d'entretiens et de recherches bibliographiques). Afin de maintenir les villageois mobilisés durant cette phase, plusieurs activités d'échanges ont été mises en place notamment pour retracer la mémoire collective du site : soirée de projection, café historique, sortie sur le terrain.
     
  • Deuxièmement une phase de préparation et d'élaboration des objectifs. Les trois groupes de travail ont traité en parallèle les activités récréatives, les activités pédagogiques et les activités liées à l'exploitation des ressources naturelles selon un calendrier défini. Leurs objectifs étaient de formuler des propositions d'activités, puis de décliner les opérations à mettre en place en tenant compte des atouts et des contraintes du site ainsi que du cahier des charges initial.

Des visites de sites et des chantiers ont été organisés pour aider les villageois à clarifier leurs idées du projet. L’approche pratique a été favorisée. Ces chantiers ont vite montré leur rôle capital dans l'appropriation du site et du projet par les villageois.

  • Troisièmement une phase de mise en œuvre qui comprend la recherche de fonds, le montage institutionnel, la formation, les études et les suivis.

Intérêts

  • Partage des diagnostics, des enjeux, des contraintes de gestions.

Facteurs de réussite

  • Motivation et degré de satisfaction des bénévoles.
     
  • Disponibilité de l’animateur.
     
  • Mobilisation des bénévoles pour toutes les étapes.
     
  • Diversité des taches (sorties techniques, aménagement, concertations, suivis de terrains, …).

Evaluation et suivi

  • Chaque année un rapport d'activité fait la synthèse des activités conduites et développées. Un programme de travail prévisionnel est ensuite précisé et discuté avec les membres de l'association et validé par le bureau.
     
  • Entre deux périodes de plan de gestion les bénévoles sont à nouveau été mobilisés pour faire le bilan et l'évaluation du plan de gestion.
     
  • Les conclusions ont été validées lors de l'assemblée générale et constituent les bases pour l'élaboration du prochain plan de gestion.

Coûts et financements

 

En général, les projets de concertation sont initiés par des opérateurs publics. Dans le cas des Marais du Verdier, l’ensemble de la démarche a été initié par La Fondation Tour du Valat structure privée. Cette dernière a également assuré la prise en charge des coûts d’investissement et de fonctionnement. Dès 2003, le projet a mobilisé un chef de projet et un animateur, tous deux à temps partiel. Selon les thématiques abordées, d’autres compétences de la Tour du Valat ont été mobilisées (socio-économique / naturaliste / scientifique…). Les budgets annuels de fonctionnement ont été compris entre 35 000 et 83 000 € pour un équivalent de 85 à 210 jours de travail. Depuis 2004, la majorité des coûts est imputable à l’animation. Le propriétaire a par ailleurs souhaité mettre à disposition de l’association la gestion du matériel et des fonds pour ne pas entraver la mise en œuvre rapide des activités (aménagement et révision des ouvrages d’infrastructures, mise en place d’une signalétique, de portails…). Cet investissement annuel est compris entre 19 000 et 30 000 €.
 
 
 

Bilan 

POINTS FORTS

✔ Forte implication des acteurs locaux

✔ Sensibilisation sur la gestion et les enjeux des zones humides

LIMITES

x Nécessite une forte animation sur une longue durée

x Difficile de maintenir la motivation et implication de tous les acteurs sur le temps


Perspectives

  • Donner plus d’autonomie aux bénévoles pour une prise en charge des actions du plan de gestion
     
  • Optimiser les compétences dans l’association
     
  • Pérenniser l’association
     
  • Pour le propriétaire : développer l’esprit d’assistance au projet plutôt que de portage.

 

Table des matières